DOSSIER

Monteverdi

et l'opéra

Claudio Monteverdi est considéré généralement comme le premier compositeur d’opéra.

DES HUIT OUVRAGES LYRIQUES QU’AURAIT COMPOSÉS MONTEVERDI SEULS TROIS NOUS SONT PARVENUS : L’ORFEO, LE RETOUR D’ULYSSE DANS SA PATRIE ET LE COURONNEMENT DE POPPÉE TÉMOIGNENT DE LA TRANSITION QUI S’EST OPÉRÉE ENTRE L’ESTHÉTIQUE DE LA RENAISSANCE ET LE FASTE DU BAROQUE.

À la fin du xvie  siècle, à l’heure où triomphe l’humanisme, la ville de Florence voit fleurir de nombreux cercles d’intellectuels appelés camerate, où l’on discute philosophie, astronomie, littérature… L’un de ces cercles, la Camerata fiorentina, rassemble entre autres des poètes et des musiciens qui réfléchissent au rapport entre texte et musique. Rejetant la polyphonie dominante de l’époque, dont la complexité obscurcit le sens des mots, ils se réfèrent aux textes anciens et cherchent à retrouver ce qu’ils croient être le modèle des tragédies antiques : la monodie accompagnée qui, en suivant les inflexions de la parole pour une plus grande intelligibilité du texte, permettrait de « mettre en mouvement les passions ». Exploitant alors le style du recitar cantando (littéralement « parler en chantant »), les musiciens de la Camerata élaborent un nouveau genre d’œuvre dramatique, le dramma per musica, qui donnera naissance à l’opéra. Créé en 1600, Euridice de Jacopo Peri peut être considéré comme le premier exemple abouti du genre. Son succès incitera chaque cour d’Italie à vouloir rivaliser, en particulier Mantoue où règne le duc de Gonzague et pour lequel travaille un certain… Claudio Monteverdi ! Reprenant le thème mythologique d’Orphée et Eurydice, Monteverdi compose une œuvre qui va surpasser celle de Peri, lui usurpant, sinon le titre symbolique de premier opéra, du moins celui de premier chef-d’œuvre du nouveau genre à la mode.

L’influence de l’humanisme renaissant

Figure incontournable de l’histoire de la musique, Monteverdi s’est distingué de ses contemporains en réalisant de manière intelligente la synthèse de tous les styles d’écriture de son époque, comme en témoigne sa favola in musica, L’Orfeo. Créée en 1607, l’œuvre conserve encore plusieurs caractéristiques de la Renaissance. Son livret, inspiré de la mythologie, s’inscrit dans la pensée humaniste à travers les influences néo-platoniciennes qui parcourent l’histoire d’Orphée. L’humanisme est également présent dans l’architecture de l’œuvre où les interventions des chœurs, jouant le rôle de commentaire, structurent tout l’opéra à la manière des tragédies grecques. Souvent homophones (permettant ainsi une grande compréhension du texte) mais parfois aussi en imitation, ces parties chorales sont écrites dans le style des madrigaux à cinq voix avec basse instrumentale. Concernant l’écriture soliste, le recitar cantando prôné par la camerata florentine est prédominant. Mais Monteverdi va plus loin et emploie différentes formes de chant en alternance avec le style récitatif : des chants plus ornés, plus virtuoses, évoluant souvent dans une forme pré-existante telle que la forme strophique, à l’inverse de l’expression plus libre du recitar cantando. Enfin, l’instrumentation, particulièrement fournie et consciencieusement notée sur la partition (ce qui est inédit pour l’époque), montre une diversité des timbres variant selon les personnages et les situations, telle la régale utilisée pour accompagner les interventions du passeur Charon. La musique instrumentale est par ailleurs très présente, les sinfonie ou autres ritournelles s’intercalant régulièrement entre les parties chantées.

Entre Renaissance et baroque

En 1637, à Venise, le premier théâtre lyrique public payant ouvre ses portes. Jusque-là réservées aux cours princières, les œuvres scéniques doivent désormais répondre aux exigences d’un nouveau public, plus populaire. C’est dans ce contexte que Monteverdi, qui réside à Venise depuis son départ de Mantoue en 1613, compose Le Retour d’Ulysse créé au théâtre SS Giovanni e Paolo vers 1641. Même si l’œuvre conserve encore une certaine esthétique renaissante, Monteverdi y développe déjà plusieurs points préfigurant le baroque. Le sujet, toujours inspiré de la mythologie, mélange les tons et alterne les épisodes dramatiques avec d’autres plus légers faisant intervenir des personnages frivoles (la servante Mélantho) voire burlesques (le prétendant Irus, glouton et bègue). 

Monteverdi pousse plus loin la représentation des sentiments (le stile rappresentativo) et la caractérisation des personnages à travers des types de chants encore plus variés que dans L’Orfeo : récitatif ou aria, chant pastoral ou chant divin virtuose… Les pièces instrumentales se font plus rares et la partition (de même que plus tard celle du Couronnement de Poppée) n’indique plus que les voix et la basse continue, comme il sera d’usage à l’époque baroque. 

Vers le bel canto

Pour le dernier ouvrage lyrique de Monteverdi, le sujet mythologique est définitivement abandonné au profit de l’histoire romaine, jugée plus à même de fournir un livret dramatique susceptible de plaire au public. Créé en 1642, Le Couronnement de Poppée est un exemple type de l’opéra vénitien. Le livret d’une étonnante modernité, mêlant amour et intrigues politiques, présente des héros qui, loin des dieux et des figures mythiques, ne sont plus que des hommes avec leurs forces et leurs faiblesses. Encore plus que dans Le Retour d’Ulysse, l’histoire oscille sans cesse entre tragique et comique. Sur le plan musical, Monteverdi abandonne presque entièrement les chœurs au profit d’un large éventail de chants solistes. Le compositeur mène le stile rappresentativo à son apogée, multipliant les effets et les techniques d’écriture destinés à transcrire musicalement les émotions de ses personnages : style animé (stile concitato dont Monteverdi revendique la paternité dans son Huitième Livre de madrigaux), fleuri (fiorito) ou au contraire plus syllabique (spianato)… Le recitar cantando perd sa prédominance et se retrouve désormais sur un pied d’égalité avec le chant plus orné. La tessiture des voix est également soumise au goût émergeant pour la virtuosité vocale, incarnée par les voix de castrat : alors que les rôles d’Orphée et Ulysse étaient destinés à des ténors, celui de Néron est écrit pour soprano. Les prouesses vocales, préfigurant le bel canto des futurs opéras, ne sont d’ailleurs plus réservées aux figures divines mais trouvent leur place aussi bien chez les personnages historiques que populaires. 

À l’image des huit Livres de madrigaux, témoins de la transition entre la polyphonie de la Renaissance et la monodie accompagnée baroque, les trois ouvrages lyriques de Monteverdi parvenus jusqu’à nous sont le reflet des mutations musicales et esthétiques de son époque. La modernité et l’originalité de ces œuvres, mais aussi la qualité incontestable de leur écriture, inscrivent ces opéras parmi les chefs-d’œuvre d’un genre nouveau qui n’aura de cesse d’évoluer et de s’épanouir au fil des siècles.

 

Floriane Goubault

REPÈRES

1567 : naissance de Claudio Monteverdi à Crémone

1590 : Monteverdi entre au service du duc de Gonzague à Mantoue

1600 : première représentation de Euridice de Jacopo Peri, considéré comme le premier opéra

1607 : première représentation de L’Orfeo de Monteverdi

1613 : Monteverdi quitte Mantoue pour s’installer à Venise

1637 : ouverture du premier théâtre lyrique public payant à Venise

1641 : première représentation du Retour d’Ulysse dans sa patrie de Monteverdi

1642 : première représentation du Couronnement de Poppée de Monteverdi

1643 : mort à Venise

N°306
SEPTEMBRE - OCTOBRE 2017

21, rue Bergère
75009 Paris
01 48 24 16 97
contact@cadences.fr

Cadences est le magazine sur l’actualité des concerts de musique classique, opéra, musique baroque, musique contemporaine à Paris et en Ile-de-France diffusé gratuitement chaque mois à 50000 exemplaires aux entrées de concerts et en dépôt dans les lieux fréquentés des mélomanes. Il est aujourd’hui l’outil préféré des mélomanes parisiens avec son agenda des concerts, ses dossiers musicologiques et ses interviews d’artistes.

CALENDRIER

Ce soir

Le week-end prochain

Trouver un concert

ARTICLES

Ce mois-ci

 

ARCHIVES

Consulter un numéro

INFOS PRATIQUES

Quizz du mois !

Accès aux salles

Où trouver Cadences

S'abonner

Recevoir la newsletter

Annoncer un concert

Contactez-nous

Suivez-nous et laissez vos commentaires

 

Mentions légales